Les exploitants : s'installer, se reconvertir, cesser son activité

Les aides au départ

 

Pour accompagner les agriculteurs souhaitant quitter l’activité agricole, trois dispositifs d’aide interviennent : l’ARP, le PIDIL et l’ACAL.

1. Aide à la réinsertion professionnelle (ARP)

L’ARP est accessible aux agriculteurs souhaitant changer d’orientation professionnelle en cessant définitivement l’activité agricole.

Conditions d’accès :

  •  être âgé de moins de 55 ans
  •  avoir des difficultés financières reconnues ou des problèmes de santé reconnus par le médecin conseil de la MSAMutualité sociale agricole
    et
  •  transmettre son exploitation à un jeune agriculteur en phase d’installation
    ou
  •  transmettre une exploitation de dimension inférieure à l’objectif du projet agricole départemental

Engagements :

  •  ne conserver au maximum que 50 ares (parcelle de subsistance)
  •  cesser définitivement toute activité agricole

Montant de l’aide : 3 100 € versé en une fois

Parallèlement à l’ARP existe une aide à la formation, accessible sous réserve de disponibilité financière.

Pour la constitution des dossiers, s’adresser à l’ODASEA.