Sécurité routière

Bilan 2017 de la sécurité routière en Haute-Saône

 
 
Bilan 2017 de la sécurité routière en Haute-Saône

Volonté conjointe de renforcer la mobilisation contre la violence routière sur le département.

A l'occasion d'un contrôle routier, organisé à Lure le 22 janvier, Ziad KHOURY, préfet de la Haute-Saône a présenté le bilan 2017 de la sécurité routière en Haute-Saône, en présence d'Emmanuel DUPIC, Procureur de la République et du Colonel Jean-Michel BLAUDEZ du groupement de gendarmerie.

BILAN 2017

Après un recul important de l’accidentologie en 2016, l’année 2017 est marquée par une augmentation alarmante de tous les indicateurs :
- 33 personnes ont été tuées sur les routes du département en 2017 contre 10 en 2016, soit une augmentation de 69 % (la dernière année plus mortelle a été 2007).
- Le nombre de blessés graves passe de 137 en 2016 à 161 en 2017 soit une augmentation de 15 %.
- Le nombre d’accidents s’établit à 121 en 2017 contre 94 en 2016 soit une augmentation de 22 %.
La route reste la première cause de mort violente en France.

CARACTÉRISTIQUES DE L'ACCIDENTOLOGIE EN 2017

- Les accidents corporels les plus nombreux ont eu lieu en mars, en juin et en juillet avec un mois de mars très meurtrier (8 personnes tuées).
- 44 % des accidents mortels ont lieu durant les week-end, veilles et jours de fête.
- La tranche horaire 17 h – 19 h est particulièrement accidentogène.
- 65 % des accidents ont lieu hors agglomération et concernent 85 % des per-sonnes tuées.
- La tranche d’âge des 25 à 44 ans est la plus touchée par la mortalité routière.
- On observe une sur-mortalité dans la classe d’âge des 18-24 ans (27 % des personnes tuées pour 6,3 % des effectifs).
- Les causes principales des accidents mortels sont la vitesse, l’alcool et stu-péfiants. Les conduites addictives dans leur ensemble représentent la principale raison.
- A noter une sur-représentation des accidents mortels causés par un déport vers la gauche du véhicule, qui mène à la question du rôle du téléphone.

BILAN DES CONTRÔLES ET SANCTIONS

- Environ 75 000 excès de vitesse recensés, dont 70 000 par des radars auto-matiques
- Plus de 70 000 dépistages d’alcoolémie effectués, avec 814 cas positifs
- 3163 dépistages de stupéfiants, 457 positifs
- 1102 suspensions administratives du permis de conduire dont 399 pour alcoolémie, 350 pour vitesse, et 324 pour usage de stupéfiants.
Ces suspensions sont automatiquement de 6 mois (le maximum) en cas de récidive.

Bilan des actions de prévention 2017

En 2017, c’est près de 40 000 € qui ont été consacrés par l’État à l’organisation et à la réalisation d’actions de prévention, notamment en lien avec les associations et autres partenaires locaux.
Cela représente environ 120 journées d'actions de prévention animées notam-ment par les 34 intervenants départementaux de sécurité routière bénévoles, no-tamment en milieu scolaire (2000 lycéens et collégiens concernés).

Perspectives 2018

Un document général d'orientations définira au cours de ce semestre la straté-gie locale en matière de sécurité routière sur la période 2018-2022.
Il se déclinera annuellement sous la forme d'un plan départemental d'actions de sécurité routière.
L’activité de prévention restera active et l’activité de contrôle va s’intensifier, notam-ment sur l’addiction (alcool, stupéfiants), la vitesse et le téléphone au volant

Télécharger le dossier de presse :

> 2018.01.23_bilansécurité_routière2017 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,00 Mb