Future obligation de contrôle technique des deux-roues motorisés à la revente

 
Future obligation de contrôle technique des deux-roues motorisés à la revente

La délégation à la sécurité et à la circulation routières apporte des précisions sur le bien fondé de cette mesure

La Fédération française des motards en colère (FFMC) a créé un site de campagne dans lequel elle appelle à une manifestation nationale les samedi 16 et dimanche 17 avril pour dire « Stop au contrôle technique des deux et trois-roues-motorisés ».

La délégation à la sécurité et à la circulation routières (DSCR) tient à apporter des précisions sur le bien fondé de cette mesure prise par le gouvernement dans le cadre du Comité interministériel de la sécurité routière du 2 octobre 2015.

Selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), le risque d'être tué pour un motocycliste est 23 fois plus élevé que pour un conducteur de véhicule de tourisme. En 2015, 768 personnes ont été victimes d'accident mortel à deux-roues motorisé. Concernant le cyclomoteur, les jeunes de moins de 24 ans sont les plus touchés alors qu'en motocyclette, ce sont les plus de 24 ans qui sont davantage impliqués.

Après une très légère baisse en 2015, la mortalité des deux-roues motorisés repart à la hausse depuis le début de l'année. C'est dans cette perspective que cinq mesures visant à réduire l'accidentalité des usagers vulnérables, que sont les conducteurs de deux et trois roues-motorisés, ont été prises lors du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 2 octobre 2015, qui avait été réuni pour élaborer un plan d'action en faveur de la réduction de l'accidentalité en France.

Outre le contrôle technique à la revente, l'obligation du port des gants, l'accès progressif à la conduite des motocyclettes de forte puissance (plus de 35 kW) par une période probatoire assortie d'une formation de 7 heures, l'uniformisation de la taille des plaques d'immatriculation et enfin la demande par la France à EuroNCAP de développer ses activités dans le domaine de la moto ont été décidés. Il s'agit d'inciter les professionnels du deux-roues motorisé à se doter d'un label garantissant la viabilité des motos, cyclos et scooters, à l'image de celui qui existe pour l'homologation des véhicules et accessoires automobiles.

Plus d'informations :

> Communiqué de presse - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,03 Mb